Couverture bientôt disponible

L’Étrange, le familier, l’oublié

Dans la vie de tous les jours, notre univers familier semble aller de soi, et nous y songeons ou pas, à loisir. Mais les mécanismes neurologiques qui créent la conscience, déterminent la perception et la signification du monde, peuvent être altérés par une lésion cérébrale. Celle-ci peut faire disparaître un souvenir jadis accessible, transformer le familier en quelque chose d’étrange, d’étranger, voire de «faux» et une situation totalement nouvelle en impression de déjà vu ou déjà vécu. Étudiant ces altérations, Israel Rosenfield en arrive à établir que toute conscience commence avec l’expérience du corps. Et que cette expérience induit et modifie l’image du corps. Réinterprétant de nombreux cas, célèbres ou récents – patients souffrant d’amnésie, d’autisme, de dédoublement de personnalité, de membres fantômes ou du syndrome de Capgras (illusion des sosies) –, l’auteur réfute les explications de la neurologie et de la psychologie classiques invoquant uniquement une perturbation des «centres» qui, dans le cerveau, correspondraient aux fonctions mentales. Il démontre que les raisons de ces phénomènes sont à chercher dans les liens existant entre la conscience, la mémoire et l’image du corps, et nous amène à considérer l’expérience du corps comme le point de référence central de toutes les formes de conscience.
  • Champs sciences (n° 586)
  • Paru le 17/10/2005
  • Genre : Sciences
  • 288 pages - 108 x 178 cm
  • Format poche
  • EAN : 9782080801135
  • ISBN : 9782080801135

Du même auteur

Vous aimerez aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer