Couverture bientôt disponible

Gens pauvres, pauvres gens

dans la France du XIXe siècle

Les images de la pauvreté au XIXe siècle nous sont familières : Victor Hugo, Eugène Sue, Marx… ont forgé les figures qui restent comme autant d’emblèmes d’une réalité sociale noire. Mais la catégorie des plus pauvres se présente aux yeux de l’historien sous une forme complexe. Alors que le siècle qui voit naître le prolétariat découvre l’intégration massive dans le travail et par le travail, les miséreux demeurent en marge, «rejetés de la terre», en état de rupture sociale, sans statut, en un mot, «exclus». André Gueslin analyse les signes qui marquent l’émergence d’une nouvelle pauvreté, sans méconnaître ce que le XIXe siècle, en la matière, hérite du passé. Il s’attache à comprendre les comportements des nantis et des plus pauvres ; il montre enfin longuement comment le siècle de la «Grande Promesse», décidément optimiste, vit se multiplier les œuvres d’éducation et de réhabilitation destinées à promouvoir l’émancipation des plus démunis. Quand vint le XXe siècle, on crut bien, pour un temps, que la grande utopie du siècle précédent, celle d’un monde sans pauvres, se réaliserait…
  • Collection historique (Aubier)
  • Paru le 12/01/1998
  • Genre : Histoire
  • 318 pages - 135 x 220 cm
  • Broché
  • EAN : 9782700722925
  • ISBN : 9782700722925

Vous aimerez aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer