L’Apocalypse de la modernité

L’Apocalypse de la modernité

la Grande Guerre et l'homme nouveau

Le 11 novembre 1918, lorsque prennent fin les quatre années de combats, de sacrifices et de massacres qui ont bouleversé l’Europe, les hommes, hébétés, contemplent les ruines. Ces ruines, ce sont celles d’une époque : celle de la modernité triomphante où les maîtres mots étaient progrès, science, culture, et où l’on avait foi en l’avenir de l’humanité. Beaucoup, alors, diagnostiquent le déclin de la civilisation européenne, et s’interrogent avec angoisse sur la destinée de l’homme moderne. Ces réflexions, révèle Emilio Gentile, étaient cependant loin d’être nouvelles: elles étaient en germe, déjà, dans les années précédant la Grande Guerre. L’Europe de la «Belle Époque», que l’on se représente resplendissante, sûre d’elle, conquérante, était minée par des courants sombres: isolées d’abord, puis de plus en plus nombreuses, des voix s’étaient fait entendre, qui prophétisaient la fin de la civilisation et appelaient à la régénération de l’homme par la guerre. En nous invitant à les écouter, l’historien italien dévoile pour la première fois une Belle Époque traversée de cauchemars, rongée par l’angoisse, et entraînée malgré elle dans la spirale apocalyptique de l’autodestruction.
  • Collection historique (Aubier)
  • Paru le 05/01/2011
  • Genre : Histoire
  • 416 pages - 135 x 220 cm
  • Broché
  • EAN : 9782700704013
  • ISBN : 9782700704013

Du même auteur

Vous aimerez aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer