Couverture bientôt disponible

Le Divan des rois

le politique et le religieux dans l'Islam

L’islam, religion théocratique : c’est là, en deux mots, la perception commune d’une religion qui ne concéderait nulle indépendance au politique. Nostalgie du califat, inaptitude intrinsèque à la «laïcité», réactions à la colonisation sont les facteurs invoqués pour expliquer que les sociétés musulmanes seraient vouées à l’instabilité politique ou au joug religieux. Or il existe bel et bien un héritage du politique en islam, qui ne doit rien à la théologie, dédaigné par les historiens, méprisé des islamistes, ignoré des tenants de l’occidentalisation à outrance. Enoncée par les arts de gouverner, présente dans les contes ou les chroniques, cette sagesse s’exprime sous forme de sentences, de métaphores et de récits à portée universelle. Elle affirme que tous les souverains, musulmans ou non, forment une communauté de pairs – un «divan des rois». Elle met l’accent sur la justice et l’équité nécessaires au bon gouvernement, selon le principe que «la royauté survit à l’incroyance mais pas à l’injustice». Elle est au fondement d’une conception autonome du politique dans l’islam, que Jocelyne Dakhlia s’attache plus particulièrement à décrire dans le cadre du Maghreb, conservée dans la mémoire nord-africaine jusqu’au début du XXe siècle avant d’être brutalement oubliée. Il faut s’interroger sur les raisons de ce refoulement et découvrir cet héritage pour mieux percer à jour les simplifications grossières abusivement colportées d’un côté comme de l’autre de la Méditerranée.
  • Collection historique (Aubier)
  • Paru le 02/03/1998
  • Genre : Histoire
  • 432 pages - 135 x 220 cm
  • Broché
  • EAN : 9782700722932
  • ISBN : 9782700722932

Du même auteur

Vous aimerez aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer