Couverture bientôt disponible

Le Marchand de Venise

Amoureux de Portia, belle et riche héritière, Bassanio, gentilhomme désargenté, s'efforce d'obtenir sa main. Pour l'aider, son ami Antonio marchand chrétien, emprunte une somme de 3 000 ducats à l'usurier juif Shylock qui lui demande, en cas de non remboursement de la dette, une livre de sa chair. Le jour de l'échéance, la dette n'étant pas réglée, Shylock exige l'exécution de la clause. Mais l'habileté de Portia, déguisée en «docteur de droit civil», confond l'usurier retors et sauve Antonio Shylock, ridiculisé, spolié et trahi par sa fille qui a rejoint le camp des Chrétiens, s'en va seul tandis que les jeunes gens, loin des tracas du commerce et du fracas des procès, s'abandonnent à la félicité, aux sons – joyeux et graves à la fois – d'une musique qui évoque non seulement l'harmonie terrestre retrouvée mais aussi l'armonie céleste dont elle est l'écho. Une des plus belles comédies de Shakespeare qui voit le triomphe de la jeunesse et de la beauté, de l'amour et des rires, face à la rigueur de la loi, fût-elle d'origine divine. C'est aussi une mise en scène de la querelle qui opposa, pendant toute la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle, partisans et adversaires de l'usure. C'est encore le procès des puritains qui prenaient la Bible à la lettre et qui, non contents d'en respecter les principes, voulaient imiter servilement la vie des personnages bibliques.
  • GF - Littérature et civilisation
  • Paru le 25/11/1994
  • 288 pages - 108 x 178 cm
  • Format poche
  • EAN : 9782080708458
  • ISBN : 9782080708458

Du même auteur

Voir tous les livres

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer