Couverture bientôt disponible

Poésies

«Comprendre Mallarmé a toujours paru difficile. Mais c’est que dès qu’il s’agit de lui, qui fut un des fondateurs de notre modernité, il ne faut pas hésiter à se référer pourtant à ce qui peut en paraître si éloigné : les grandes structures de la pensée archaïque. Celle-ci, en effet, cette longue et omniprésente tradition qu’a commencé de démanteler en Europe à la fin de la Renaissance le nouvel esprit scientifique, ancrait le besoin de connaître dans l’existence comme elle va, autrement dit dans le temps, avec pour horizon et énigme les moyens limités de la condition humaine, et le hasard des événements, et la fatalité de la mort. C’est par analogie avec ses situations de l’exister quotidien que les aspects que nous dirions les plus matériels du monde étaient abordés : choses que l’on percevait de ce fait comme des êtres, enchaînements qui semblaient dictés par un dessein, un vouloir. Et c’est donc de par l’intérieur de l’événement ou de l’objet qu’on avait l’impression d’accéder à leur raison d’être, à leur sens ; et sans avoir perdu pour autant contact avec leur apparence la plus immédiatement sensorielle, alors encore non simplifiée par les instruments de mesure. Par exemple, la passiflore était comprise, dans l’univers médiéval. On avait reconnu dans ses organes floraux une représentation abrégée – une image en miroir – des instruments de la Passion, chiffres eux-mêmes du salut, de la Providence. Et ce savoir préservait donc toute la présence sensible de cette fleur, il en voyait la couleur, il en respirait le parfum. [...] Les couleurs, les odeurs, les sons restaient vifs dans l’idée de la passiflore ou du ciel étoilé, aussi riches ceux-ci apparaissaient-ils de significations symboliques ; et pour peu qu’on approfondît cette lecture de signes, on pouvait donc déboucher sur une expérience d’unité sans quitter le plan des réalités sensibles : l’expérience même que Mallarmé dans ses premiers textes appellera une extase. Mallarmé qui a ressent durement, dès ses débuts de poète, que la connaissance ne s’élabore plus, de notre temps, que de l’extérieur, qu’elle réifie tout ce qu’elle touche, que les parfums, les couleurs, les sons ne soient donc pour nous que des émergences privées de tout sens profond, désordonnées» Yves Bonnefoy.
  • GF - Littérature et civilisation
  • Paru le 24/03/1989
  • 350 pages - 109 x 178 cm
  • Format poche
  • EAN : 9782080705044
  • ISBN : 9782080705044

Du même auteur

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer