Couverture bientôt disponible

Correspondances

C’est dans une lettre à sa maîtresse, Louise Colet, que Flaubert, alors âgé d’une trentaine d’années, évoque l’ami disparu, Alfred Le Poittevin, et l’ami présent, Maxime Du Camp : le premier, mort trois ans plus tôt, en 1848, a été l’intime, le « seul confident » ; le second, rencontré à Paris pendant leurs années d’études, demeurera le compagnon d’une vie entière, malgré les brouilles et les séparations. Le métaphysicien et l’aventurier ne s’aimaient guère ; voilà pourquoi Flaubert entretint avec chacun une correspondance séparée. En dépit des promesses de destruction de ces lettres souvent indiscrètes ou scandaleuses, une grande partie d’entre elles nous est parvenue : les lettres écrites par Flaubert et Le Poittevin entre 1837 et 1847 ou celles que s’adressent Du Camp et Flaubert jusqu’à la mort de celui-ci, en 1880, bruissent de lectures et de livres projetés, de femmes possédées, de départs réels ou rêvés. Voilées ou explicites, les déceptions transparaissent aussi le mariage de Le Poittevin, ressenti par Flaubert comme une trahison, les stratégies mondaines de Du Camp ou encore ses critiques parfois rudes à l’endroit du style du romancier –, tandis que la maladie et les deuils deviennent une chronique nécessaire. Ces correspondances, dont les allusions et les énigmes sont explicitées par des notes abondantes, comportent un grand nombre de lettres inédites ; on trouvera en annexe des lettres échangées par Flaubert et Adèle Husson, la maîtresse de Du Camp.
  • 482 pages - 135 x 221 cm
  • Broché
  • EAN : 9782082115643
  • ISBN : 9782082115643

Vous aimerez aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer