Couverture bientôt disponible

Artiste et société

Au XIXe siècle, beaucoup de grands compositeurs se sont faits écrivains, et avec quel talent Weber, Schumann, Wagner, Berlioz. La France s'enorgueillit à juste titre des Mémoires de Berlioz, mais elle a oublié son fils adoptif, Liszt, qui fut lié pendant ses années de jeunesse aux plus grands artistes romantiques parisiens (Hugo, Lamartine, Heine, Berlioz, Chopin) et demeura toute sa vie de culture française, au premier chef. Dans notre langue, qu'il maîtrisait avec autant de virtuosité que son piano, Liszt a beaucoup écrit sur son art et sa place dans la société, avec une intelligence hors du commun. Ces articles, parus dans les journaux de l'époque, n'ont jamais été réunis intégralement en volume (sauf en traduction allemande), ce qui parait surprenant quand il s'agit d'un si grand nom; sans doute parce que le pianiste a longtemps éclipsé le compositeur, et tous deux l'homme d'idées et de plume. On va découvrir ici comment Liszt voyait le musicien et son avenir ; comment, dans ses nombreux voyages, il a observé les mœurs musicales en Italie et en Allemagne, aussi bien qu'en France. Et aussi son jugement si clairvoyant sur les plus hautes figures musicales de son temps : Schumann, Chopin, Berlioz, Wagner… Enfin, s'il s'agit surtout de musique dans ces textes, il y est aussi question de littérature, de beaux-arts et de philosophie, pages capitales pour l'histoire du romantisme.
  • Harmoniques
  • Paru le 03/02/1995
  • Genre : Musique
  • 430 pages - 150 x 240 cm
  • Broché
  • EAN : 9782080668974
  • ISBN : 9782080668974

Vous aimerez aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer