Gérer les indésirables

des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire

Selon les chiffres officiels, cinquante millions de personnes dans le monde sont « victimes de déplacements forcés ». Réfugiés, demandeurs d’asile, sinistrés, tolérés, déplacés internes…, les catégories d’exclus se multiplient, mais combien sont ignorées : retenus, déboutés, clandestins, expulsés… Face à ce drame, l’action humanitaire s’impose toujours plus comme la seule réponse possible. Sur le terrain, pourtant, le « dispositif » mis en place rappelle la logique totalitaire : permanence de la catastrophe, urgence sans fin, mise à l’écart des « indésirables », dispense de soins conditionnée par le contrôle, le filtrage, le confinement ! Comment interpréter cette trouble intelligence entre la main qui soigne et la main qui frappe ? Après sept années d’enquête dans les camps, principalement africains, l’auteur révèle leur « inquiétante ambiguïté » et souligne qu’il est impératif de prendre en compte les formes de contestations et de détournements qui transforment les camps, les mettent en tension, en font parfois des villes et permettent l’émergence de sujets politiques. Une critique radicale des fondements, des contextes et des effets politiques de l’action humanitaire.
  • Hors collection - Documents, témoignages et essais d’actualité
  • Paru le 05/11/2008
  • Genre : Essais
  • 352 pages - 152 x 240 cm
  • Broché
  • EAN : 9782082105668
  • ISBN : 9782082105668

Du même auteur

Vous aimerez aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer