L'Atelier du roman

Collectif

L'Atelier du roman

Tome 83 - La Critique a-t-elle besoin des romanciers ? IV

Reprenant ses griefs contre les «chefs-d'oeuvre» encensés par la critique et admirés des lecteurs, autant de «faux bons romans» promis à un rapide oubli, Nathalie Sarraute ne craint pas de rappeler qu'un bon livre est un livre qui supporte d'être relu. Reynald Lahanque Le principal obstacle que Romain Gary repère, en tant que romancier en train de s'interroger sur le futur de son art, est représenté par la «Puissance»; par ce terme, il se réfère à l'étau que la réalité contingente exerce sur l'imagination et au risque [...] de s'en faire complètement dominer. Simona Carretta. Comme chez Jorge Luis Borges, la critique précède la création littéraire. Mais contrairement à Borges, qui est un cérébral, Virginia Woolf refuse de dissocier l'expérience vécue de la création littéraire. Boniface Mongo-Mboussa. Arrogance et mélancolie sont pour Alejo Carpentier les mamelles du désastre européen. Bruno Maillé. Pour Bakhtine, l'inachèvement marque une rupture radicale par rapport au roman russe antérieur (il compare surtout Dostoïevski à Gogol puis Tolstoï). Pour Gide, cet inachèvement marque une rupture radicale par rapport au roman français du XIXe siècle. Michel Biron. Döblin explicite le processus de création en l'intégrant sous la forme elle-même romanesque de la figure agissante de «l'auteur» au travail. Dominique Dussidour. L'action de ce roman de Gabriel Matzneff (La Lettre au capitaine Brunner) est tout entière sous la forme d'un récit qui engendre moultes discussions philosophiques et théologiques. Philippe de Saint Robert. Le lecteur de Finnegans Wake n'a qu'à être ce traducteur légèrement pompette qui le soir après le turbin, dans la cacophonie du pub, se plonge dans l'entremêlement des conversations et des discours d'ivrogne comme dans un bain qui le lave de l'encrassement des machines logiques de sa journée. Hervé Michel. Devant les pages d'une merveilleuses étrangeté de Bernard Quiriny, on se rappelle le Voyage en Grande Garabagne d'Henri Michaux. Près d'un siècle plus tard, son compatriote belge nous rappelle que, décidément, en littérature, la fantaisie souffle du nord comme un vent de liberté. Benoît Duteurtre.
  • 192 pages - 170 x 244 cm
  • Broché
  • EAN : 9782081372030
  • ISBN : 9782081372030

Dans la même série

Vous aimerez aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer