Rentrée littéraire Flammarion 2022

03/06/2022

Découvrez en avant-première la rentrée littéraire Flammarion 2022

Alain Robbe-Grillet écrivait que « l’art doit mettre au monde des interrogations qui ne se connaissent pas encore ». On peut dire que c’est bien ce qu’ont réussi nos auteurs cette année, dépliant pour les lecteurs et pour eux-mêmes des pans du monde encore inconnus. C’est l’écriture qui permet à Brigitte Giraud de révéler l’envers d’un drame ; à Grégoire Bouillier d’élucider les mystères de Marcelle Pichon ; à Nicola Lagioia d’interroger la ville de Rome ou à Victor Jestin de sonder les silences d’un homme. Et c’est bien l’art qui est au cœur du livre de Catherine Millet, Commencements, ou du premier roman de Pierre Guénard ; c’est la secousse que provoque la présence d’un artiste dans une fratrie que met en scène Olivier Adam. Quant à Alice Zeniter, dans un livre vivifiant sur les pouvoirs possibles de la fiction, elle nous dit qu’il y a tout à gagner à se tourner « vers les régions et les marges que nous ouvre la fiction et de permettre ainsi un agrandissement de nos mondes, une pratique accrue de l’altérité ».

Un beau programme pour la rentrée littéraire !

 

Alix Penent
Directrice éditoriale

Feuilletez la brochure de notre Rentrée littéraire.

Nous vous souhaitons de bonnes lectures !

Retrouvez toutes les infos, interview, extraits sur le site dédié à cette édition 2021 : http://rentreelitteraire-flammarion.com/

Olivier Adam– Dessous les roses

À l’occasion de l’enterrement de leur père, Claire et Antoine se retrouvent dans la maison familiale avec leur mère. Paul, leur frère, réalisateur et dramaturge qui a beaucoup mis en scène sa famille dans ses œuvres, daignera-t-il se joindre à eux ? Dans ce nouveau roman d’une vivacité exceptionnelle, où une fratrie s’aime, s’oppose et se contredit, Olivier Adam  ausculte les relations, entre affrontements et tendresse, et laisse le lecteur dans une situation inédite : chacun aurait-il raison malgré l’autre ?
En librairie le 24 août
Feuilletez un extrait.

Grégoire Bouillier – Le cœur ne cède pas

1985. Une femme s’est laissée mourir de faim chez elle pendant quarante-cinq jours en tenant le journal de son agonie. À l’époque, Grégoire Bouillier entend ce fait divers à la radio. Et plus jamais ne l’oublie. Comment un être humain peut-il s’infliger – et infliger au monde – une telle punition ?Se transformant en détective privé aidé de sa fidèle (et joyeuse) assistante, il se lance dans une folle enquête pour reconstituer la vie de cette femme. Un grand voyage dans le temps et l’espace. Sont même convoqués les sciences occultes et le cinéma pour élucider ce fait divers.
En librairie le 31 août
Feuilletez un extrait.

 

Brigitte Giraud– Vivre vite
En un récit tendu qui agit comme un véritable compte à rebours, Brigitte Giraud tente de comprendre ce qui a conduit à l’accident de moto qui a coûté la vie de son mari le 22 juin 1999. Hasard, destin, coïncidences ? Elle revient sur ces journées qui s’étaient emballées en une suite de dérèglements imprévisibles jusqu’à produire l’inéluctable en mettant en scène leur vie de jeunes parents modernes traversée par l’énergie du travail, de la musique, de l’amour, et une foi inébranlable en l’avenir.
En librairie le 24 août
Feuilletez un extrait.

Pierre Guénard – Zéro gloire
Tout le monde l’appelle Harry mais c’est Aurélien Moreau. En attendant la gloire, Aurélien travaille la nuit chez McDo et le jour aux pompes funèbres. Que deviennent nos rêves dans un monde où tout semble figé ? Zéro gloire, premier roman au style incisif, met en scène cette jeunesse désenchantée tenue de rêver très grand pour s’évader. Pierre Guénard réussit le tour de force de trouver de la poésie dans le tragique ordinaire et de la beauté même quand il y a peu d’espoir.
En librairie le 24 août
Feuilletez un extrait.

Victor Jestin – L'homme qui danse

La Plage est la boîte de nuit d’une petite ville en bord de Loire. C’est là qu’Arthur, dès l’adolescence et pendant plus de vingt ans, se rend avec frénésie. Dans ce lieu hors du temps, loin des relations sociales ordinaires, il parvient curieusement à se sentir proche des autres, quand partout ailleurs sa vie n’est que malaise et balbutiements. Sur la piste de danse, il grandit au gré des rencontres, se cherche une place dans la foule. Jusqu’où le mènera cette plongée dans la nuit ?
En librairie le 24 août
Feuilletez un extrait.

Catherine Millet – Commencements
Catherine Millet tente de détisser le mysté­rieux entrecroisement de hasards, de désirs confus, d’opportunités plus ou moins bien comprises qui conduisent une jeune fille sans bagage à quitter sa banlieue pour le Saint- Germain-des-Prés des artistes et des galeries d’art. La vie intime et la vie professionnelle inéluctablement se mêlent. Commencements est le récit d’une éducation sentimentale qui est aussi une éducation sexuelle et une formation intellectuelle.
En librairie le 31 août

Alice Zeniter - Toute une moitié du monde

Avec Toute une moitié du monde, Alice Zeniter écrit un livre hautement stimulant, fondé sur ses expériences personnelles de lectrice avant tout, mais d’écrivaine aussi, un livre qui nous invite à repenser nos façons de lire les histoires qu’on nous raconte. C’est aux lecteurs que nous sommes qu’il s’adresse, c’est avec eux qu’il converse, avec autant de sérieux que d’allégresse, autant d’humour que d’érudition. Ce livre est tout simplement l’histoire d’une femme qui aimerait qu’on ouvre en grand les fenêtres de la fiction.
En librairie le 31 août
Feuilletez un extrait.

Nicola Lagioia – La Ville des vivants

En mars 2016, l’assassinat de Luca Varani, 23 ans, par deux jeunes gens de la bonne société romaine a bouleversé l’Italie. En reconstruisant minutieusement ce fait divers et les jours qui l’ont précédé, Nicola Lagioia sonde la part d’humanité mais aussi la part de nuit qui habitent chacun des protagonistes et écrit une autre histoire de Rome et de ses habitants. Rome, aussi malfaisante que splendide, révèle à mesure qu’on l’arpente les secrets de vies dites « sans histoires », reflets d’un monde soustrait à notre regard. Et que nous le voulions ou non, ce monde est le nôtre.
En librairie le 31 août
Traduit de l’italien par Laura Brignon
Feuilletez un extrait.

Sonia Devillers – Les exportés

Sonia Devillers enquête et reconstitue, à travers les figures de Harry et de Gabriela, ses grands-parents, la destinée tragique des Juifs de Roumanie. Le récit débusque un fait méconnu : sous l’ère communiste, des Juifs ont été vendus contre des cochons – un troc qui se muera, au fil des années, en véritable trafic. Au-delà des chiffres glaçants, l’auteure s’interroge sur ce qui lui a été transmis et ce qui est resté caché : une quête nécessaire pour se réapproprier, grâce aux mots, sa véritable identité.
En librairie le 31 août
Feuilletez un extrait.

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.

fermer