Couverture bientôt disponible

Nous n'irons plus au musée

L’art ancien jouirait des faveurs du «public» : les foules au musée en témoignent ; l’art contemporain, avec ses provocations, mériterait l’indifférence, quand ce n’est la haine où on le tient. Il n’est pourtant pas certain que la déférence ou l’idolâtrie soient une relation à l’art plus heureuse que le mépris. Ce clivage de l’art, qui en exile une partie au sommet de notre culture, une autre à ses marges, est le signe d’un malaise : nous ne savons que faire de notre art, comment nous comporter avec lui, quelle place lui ménager dans notre société, qu’éprouver dans la présence de ses œuvres. Ce livre trouve l’origine de ce malaise – dont le musée et son succès équivoque n’est qu’un aspect, fondamental – dans ce qui a été ces deux derniers siècles la grande affaire de l’esthétique : l’autonomie de l’art. Formés à ses principes, nous avons délesté l’art de toute nécessité comme de tout pouvoir, nous condamnant à errer d’œuvres saugrenues en chefs-d’œuvre inaccessibles. Mais l’art va très bleu : jamais il n’y a eu tant d’œuvres disponibles ni en meilleur état, jamais tant d’artistes n’ont œuvré. Aussi cet ouvrage n’en appelle-t-il pas à une réforme de l’art, mais réfléchit aux conditions philosophiques, sociales et morales d’une nouvelle relation à ses œuvres qui en restituerait la proximité, la quotidienneté et – surtout – la nécessité. Car nous avons besoin de l’art…
  • 336 pages - 130 x 200 mm
  • Broché
  • EAN : 9782700736670
  • ISBN : 9782700736670

Du même auteur

Vous aimerez aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer