La Cité antique

Lorsque paraît La Cité antique, en 1864, son auteur, jeune professeur d’histoire à l’université de Strasbourg, est encore inconnu. Mais très vite, rééditions et traductions se succèdent, tandis que l’approche de l’auteur, audacieuse, suscite la controverse. La récente découverte du fait indo-européen permet à Fustel de Coulanges de dépasser le décalage chronologique pour considérer ensemble la Grèce et Rome et poser la question de la cité. Mais ce n’est pas tant une nouvelle histoire de l’Antiquité qu’il propose que l’histoire d’une croyance et de la façon dont celle-ci façonne une société. L’approche comparatiste l’amène également à mettre en regard passé et présent, Anciens et Modernes. Comme l’écrit François Hartog, «le livre pourrait porter comme sous-titre “Pour en finir avec l’imitation des Anciens”. Entre eux et nous, les Modernes, la distance est infranchissable et se méprendre sur eux n’a pas été sans conséquence sur nous. Fustel vise ici la Révolution et son usage de l’Antiquité. Les Jésuites, Plutarque, Rousseau sont les principaux responsables de ces illusions qui ne sont pas tout à fait sans importance, puisqu’elles ont finalement conduit à la Terreur».
  • Champs classiques (n° 131)
  • Paru le 12/11/2009
  • Genre : Histoire
  • 676 pages - 110 x 178 mm
  • Broché
  • EAN : 9782081223905
  • ISBN : 9782081223905

Vous aimerez aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer