L’Empire du traumatisme

enquête sur la condition de victime

Des attentats aux séismes, des accidents d’avion aux prises d’otages, des massacres de populations aux suicides d’adolescents, tout événement violent appelle la présence de psychiatres et de psychologues qui interviennent au nom de la trace psychique du drame : le traumatisme. Longtemps cette notion a servi à disqualifier soldats et ouvriers dont l’authenticité de la souffrance était mise en doute. Désormais, grâce au traumatisme, les victimes trouvent une reconnaissance sociale. Ce renversement procède de deux histoires convergentes. L’une, intellectuelle, qui va des travaux de Charcot, Janet et Freud à l’invention de l’état de stress post-traumatique aux États-Unis et à sa difficile adoption en France. L’autre, morale, qui fait succéder à un siècle de suspicion une ère de réhabilitation et produit l’émergence d’une nouvelle subjectivité politique : celle de la victime. Le livre explore trois scènes emblématiques où se déploient trois formes d’intervention : la victimologie psychiatrique, après l’explosion de l’usine AZF à Toulouse ; la psychiatrie humanitaire, en Palestine durant la seconde Intifada ; la psychotraumatologie de l’exil, à l’œuvre auprès des demandeurs d’asile. Les auteurs montrent comment le traumatisme est devenu une ressource sociale ambiguë qui permet certes de défendre des causes et de revendiquer des droits, mais conduit aussi à exclure des groupes humains, à occulter des inégalités sociales et à produire de nouvelles hiérarchies d’humanité.
  • 460 pages - 109 x 178 mm
  • Broché
  • EAN : 9782081220201
  • ISBN : 9782081220201

Du même auteur

Vous aimerez aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer