Illusions perdues

Interview Catherine Cusset, pourquoi aimez-vous Illusions perdues ?

Les Illusions perdues intimide d’abord par ses proportions, par l’importance aussi que lui attribuait Balzac lui-même au sein de la Comédie humaine : ce roman, écrit-il, est «l’œuvre capitale dans l’œuvre». Mettant en scène écrivains, actrices, libraires et imprimeurs, il propose une analyse cinglante du milieu de la presse – «ce cancer qui dévorera peut-être le pays» (Préface de 1839) – et d’un monde où seuls les plus cyniques tirent leur épingle du jeu. Dans ce récit d’apprentissage, Balzac trace de manière exemplaire le parcours négatif qui avait été, depuis Chateaubriand, et sera encore, jusqu’à Flaubert et Zola au moins, celui d’un certain XIXe siècle : l’initiation, par la souffrance et l’échec, à la dure loi du réel. Pour Lucien de Rubempré, échappé de son Angoumois natal, la leçon passe par Paris. Et Paris, révélateur impitoyable, dissipera les mirages provinciaux, offrant à Lucien, en guise de gloire rêvée, le sentiment de son néant et de sa solitude : cela s’appelle devenir adulte.
  • 688 pages - 108 x 177 mm
  • Broché
  • EAN : 9782081238077
  • ISBN : 9782081238077

Du même auteur

Voir tous les livres

Vous aimerez aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer