Couverture bientôt disponible

Le Colonel Chabert

suivi de L’Interdiction

«Mme Ferraud n’aimait pas seulement son amant dans le jeune homme, elle avait été séduite aussi par l’idée d’entrer dans cette société dédaigneuse qui, malgré son abaissement, dominait la cour impériale. Toutes ses vanités étaient flattées autant que ses passions dans ce mariage. Elle allait devenir une femme comme il faut.» «La marquise était douée d’une profonde indifférence pour tout ce qui n’était pas elle ; les hommes l’amusaient, mais aucun d’eux ne lui avait causé ces grandes excitations qui remuent profondément les deux natures et brisent l’une par l’autre. Elle n’avait ni haine ni amour. […] Elle ne se remuait pas, ne s’agitait point ; elle parlait, car elle savait qu’en disant deux mots une femme peut faire tuer trois hommes.» Le Colonel Chabert et L’Interdiction : une même obsession des fortunes mal acquises ; deux figures de femme, nouvelles physionomies de cette «femme sans cœur» que Balzac peignit si souvent comme l’incarnation de la Restauration.
  • GF - Littérature et civilisation
  • Paru le 23/02/1993
  • 256 pages - 106 x 178 mm
  • Format poche
  • EAN : 9782080707345
  • ISBN : 9782080707345

Du même auteur

Voir tous les livres

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer