Les Amours jaunes

    • Édition : Jean-Pierre Bertrand
En 1873, entre Les Chants de Maldoror de Lautréamont et les Illuminations de Rimbaud, paraissent Les Amours jaunes, le seul livre de Tristan Corbière. Il appartient à cette nouvelle génération de poètes «maudits» qui, sur les cendres romantiques et parnassiennes, font le constat d’une «crise de vers», selon le mot de Mallarmé. Fidèle à l’injonction de faire entendre un langage inouï, Corbière opère la déconstruction en règle de tout ce que la poésie a d’institué, d’assis et de codé. Dans une langue heurtée, qui chante volontairement faux, il frappe chaque chose et chaque être de la couleur de l’ironie et de la dérision : le jaune.
Passablement ignorés à leur parution, rendus célèbres par Verlaine et loués par les surréalistes, Les Amours jaunes, parce qu’ils mettent en œuvre le sabotage de la parole lyrique, incarnent un des premiers grands gestes de la poésie moderne.

Dossier :
1. Réception (1873)
2. Reconnaissance (1884-1896)
3. Fortune critique (1923-1972)
4. Échos : sur les brisées de Tristan Corbière.
  • GF (n° 1592) - Littérature et civilisation
  • Paru le 28/02/2018
  • Genre : Poésie
  • 384 pages - 108 x 178 mm
  • Broché
  • EAN : 9782081409835
  • ISBN : 9782081409835

Vous aimerez aussi

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.

fermer