Couverture bientôt disponible

Du droit des peuples à se nourrir eux-mêmes

Au nom de l'efficacité et du réalisme, des voix s'élèvent en Amérique du Nord et en Europe pour affirmer qu'il revient aux pays les plus développés de nourrir le reste du monde. Techniquement, la chose est possible. Mais peut-on se résoudre à admettre, alors que la moitié de l'humanité est constituée de paysans, alors que des espaces entiers sont sur le point d'être abandonnés, que l'agriculture et l'alimentation ne soient traitées qu'en fonction de considérations commerciales et financières ? Pour Bertrand Hervieu, si le fameux slogan « Pas de pays sans paysans », mis en avant par les agriculteurs français, est autre chose qu'une simple formule, on ne peut accepter que quelques super-puissances s'arrogent le droit de prendre en main l'alimentation des autres pays. Et encore moins qu'elles s'en servent comme d'une arme politique. Il est temps de repenser la question de la faim dans le monde et les perspectives des agricultures modernes. Il faut déterminer la place spécifique que l'agriculture et l'alimentation tiennent dans la recomposition des équilibres du monde. L'avenir de tous est en jeu.
  • Hors collection - Documents, témoignages et essais d’actualité
  • Paru le 06/11/1996
  • Genre : Documents
  • 144 pages - 135 x 210 mm
  • Broché
  • EAN : 9782080673176
  • ISBN : 9782080673176

Vous aimerez aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer