Couverture bientôt disponible

Les Ombres de l’histoire

L’histoire a des zones d’ombre auxquelles la prison appartient. Avec Michel Foucault, Robert Badinter et beaucoup d’autres, Michelle Perrot tente de les dissiper. Les études qui suivent ouvrent autant de pistes pour mieux comprendre la centralité de la prison dans notre système pénal, en dépit de la constance de son échec. Les plus grands esprits – Bentham, Tocqueville… – s’y étaient confrontés et voyaient pourtant dans une bonne prison la clef de la régénération. Pourquoi la délinquance était-elle déjà l’objet de discours obsédants, de statistiques sans fin et de préoccupations quotidiennes ? De quelle manière les marginaux, dont le vagabond, l’enfant errant, le jeune Apache, figures majeures du XIXe siècle, ont-ils dessiné un imaginaire social et nourri « le fait divers criminel », à la une de la grande presse ? À l’heure où l’insécurité est plus que jamais au cœur du débat politique, où les prisons, minées par la pauvreté, le sida, la violence, paraissent impropres à la réinsertion et à l’exercice d’une démocratie minimale, le XIXe siècle, dont les écoles n’ont pas suffi à fermer les prisons, comme l’espérait Victor Hugo, demeure à l’horizon de nos expériences contemporaines.
  • Hors collection - Documents, témoignages et essais d’actualité
  • Paru le 17/09/2001
  • Genre : Essais
  • 420 pages - 152 x 240 mm
  • Couleur - Broché
  • EAN : 9782080679147
  • ISBN : 9782080679147

Du même auteur

Vous aimerez aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer