Couverture bientôt disponible

Rien ou quelque chose

Un tableau de Tumer pourrait être l’indicatif de ces pages qui se préoccupent des « pauvres » du langage, de ces figures du quasi-néant linguistique, écrasés qu’ils sont tantôt par la signifiance du verbe tantôt par le poids du substantif. Parmi ces figurants, on a choisi ceux qui sont à la limite du sémantique. « Rien, quelque chose, peut-être, il y a, c’est ainsi ». Toutes formes de l’impersonnel qui « manquent d’être » et qui manquent « à être ». Par un curieux renversement, ils trahissent une certaine affinité avec les maîtres-mots du langage philosophique : Principe, fondement, Dieu. Aptes eux aussi à prendre tous les visages, ils posent le problème fascinant du rapport entre ce qu’on appelait jadis « Néant par défaut », « Néant par excès ». En courant ce beau risque, l’auteur s’est souvenu d’un « paradoxe » de Diderot : « Le comédien est rien et tout. Et c’est parce qu’il n’est rien qu’il est tout par excellence ». Paradoxe qui commente peut-être la ruse du nom ulysséen « Je m’appelle personne ».
  • Hors collection - Philosophie
  • Paru le 14/04/1987
  • Genre : Philosophie
  • 172 pages - 135 x 220 mm
  • Broché
  • EAN : 9782082115315
  • ISBN : 9782082115315

Vous aimerez aussi

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.

fermer