Couverture bientôt disponible

Rien ou quelque chose

Un tableau de Tumer pourrait être l’indicatif de ces pages qui se préoccupent des « pauvres » du langage, de ces figures du quasi-néant linguistique, écrasés qu’ils sont tantôt par la signifiance du verbe tantôt par le poids du substantif. Parmi ces figurants, on a choisi ceux qui sont à la limite du sémantique. « Rien, quelque chose, peut-être, il y a, c’est ainsi ». Toutes formes de l’impersonnel qui « manquent d’être » et qui manquent « à être ». Par un curieux renversement, ils trahissent une certaine affinité avec les maîtres-mots du langage philosophique : Principe, fondement, Dieu. Aptes eux aussi à prendre tous les visages, ils posent le problème fascinant du rapport entre ce qu’on appelait jadis « Néant par défaut », « Néant par excès ». En courant ce beau risque, l’auteur s’est souvenu d’un « paradoxe » de Diderot : « Le comédien est rien et tout. Et c’est parce qu’il n’est rien qu’il est tout par excellence ». Paradoxe qui commente peut-être la ruse du nom ulysséen « Je m’appelle personne ».
  • Hors collection - Philosophie
  • Paru le 14/04/1987
  • Genre : Philosophie
  • 172 pages - 135 x 220 mm
  • Broché
  • EAN : 9782082115315
  • ISBN : 9782082115315

Vous aimerez aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer