Manuscrits de 1844

    • Édition de : Jean Salem
    • Traduction (Allemand) : Jacques-Pierre Gougeon
Il faut relire Marx après le déluge. Dans ces Manuscrits économico-philosophiques, rédigés en 1844 à Paris, et publiés pour la première fois en 1932 à Leipzig, ce sont l’inhumanité du capitalisme et l’infamie de ses thuriféraires qui sont dénoncées. Les économistes classiques, tels Smith, Say ou Ricardo, n’ont guère considéré l’ouvrier que comme une bête de somme. Ils n’ont voulu voir dans l’homme qu’une machine à consommer et à produire. Ce qui peut advenir au travailleur en dehors du temps de travail, ils laissent benoîtement au médecin, au juge, au fossoyeur ou bien au prévôt des mendiants le soin de s’en inquiéter quelque peu.
C’est que le travail, activité spécifique de l’homme, n’est plus désormais qu’un gagne-pain, une souffrance et une dure nécessité, pour l’obtention de laquelle tous se livrent – paradoxalement – à la plus âpre des concurrences.
La complète domination de l’économie sur la société traduit une aliénation maximale, que manifeste avec éclat la puissance universelle de l’argent : « notre valeur réciproque, écrit Marx, est pour nous la valeur de nos objets réciproques».
  • GF (n° 789) - Philosophie
  • Paru le 13/01/2021
  • Genre : Philosophie
  • 256 pages - 108 x 178 mm
  • Poche - Format poche
  • EAN : 9782080206664
  • ISBN : 9782080206664

Du même auteur

Voir tous les livres

Vous aimerez aussi

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.

fermer