Couverture bientôt disponible

Au-delà du PIB

Pour une autre mesure de la richesse

Au début de l’année 2008, alors que les revendications relatives au pouvoir d’achat s’intensifiaient, le président de la République, Nicolas Sarkozy, déclara que l’indice du PIB (Produit Intérieur Brut) était inapte à représenter les évolutions économiques et sociales, et qu’il était urgent d’élaborer d’autres indicateurs de croissance. À cette fin, il chargea deux prix Nobel d’économie, Amartya Sen et Joseph Stiglitz, de constituer une commission. La réflexion sur les limites de PIB comme critère de mesure du bien-être ne date pourtant pas d’hier. Voilà déjà trente ans outre-Atlantique, puis plus précisément depuis les années 1990, que le débat est lancé. En France, la sociologue Dominique Méda en a fait l’un des axes fondateurs de ses travaux. Dès 1999, dans Qu’est-ce que la richesse ?, elle remarquait que le PIB n’est affecté ni par la montée de la violence, ni par le développement des inégalités ou l’altération de l’environnement – et, inversement, n’est pas valorisé en cas d’accroissement constant du niveau d’éducation ou d’amélioration de l’état de santé de la population. Et de conclure : «Si ce qui importe, c’est ce qui est productif, comment donner de la valeur à des activités qui ne sont productives de rien, seulement de relation, de sens, de qualité de vie ?» À l’heure où le mot d’ordre du gouvernement en place est «Travailler plus pour gagner plus», cette réflexion, on s’en doute, revêt une acuité toute particulière…
  • Champs actuel (n° 796)
  • Paru le 28/05/2008
  • Genre : Philosophie
  • 288 pages - 109 x 178 cm
  • Broché
  • EAN : 9782081216518
  • ISBN : 9782081216518

Du même auteur

Voir tous les livres

Vous aimerez aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer