De la misère symbolique

Au XXe siècle, le capitalisme consumériste a pris le contrôle du symbolique par son appropriation hégémonique de la technologie industrielle. L’esthétique y est devenue à la fois l’arme et le théâtre de la guerre économique. Il en résulte de nos jours une misère symbolique où le conditionnement se substitue à l’expérience. Cette misère est une honte, la «honte d’être un homme» qu’éprouve parfois le philosophe, et qui est suscitée d’abord aujourd’hui par cette misère symbolique telle que l’ont engendrée les «sociétés de contrôle». Il s’agit pour Bernard Stiegler de comprendre les tendances historiques qui ont conduit à la spécificité du temps présent, mais aussi de fourbir des armes : de faire d’un réseau de questions un arsenal de concepts en vue de mener une lutte. Le combat à mener contre ce qui, dans le capitalisme, conduit à sa propre destruction, et à la nôtre avec lui, constitue une guerre esthétique. Elle-même s’inscrit dans une lutte contre un processus qui n’est rien de moins que la tentative visant à liquider la «valeur esprit», comme le disait Paul Valéry.
  • Champs essais (n° 1054) - Philosophie
  • Paru le 20/03/2013
  • Genre : Philosophie
  • 416 pages - 109 x 177 cm
  • Broché
  • EAN : 9782081270824
  • ISBN : 9782081270824

Du même auteur

Voir tous les livres

Vous aimerez aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer