Sexy dressing

Sexy dressing

Sex wars : de cette interrogation autour de la place des femmes dans la société, qui a secoué les États-Unis dans les années 80, la France a retenu la judiciarisation des rapports de séduction, les procès pour harcèlement sexuel, leur normalisation par le «politiquement correct», et y a souvent vu un nouvel avatar du puritanisme américain. Cette vision est deux fois caricaturale : d’une part, parce qu’elle ne rend pas justice au projet féministe qui a bouleversé en profondeur les rapports de sexe ; d’autre part, parce qu’elle ne rend pas compte de la richesse des opinions qui ont animé ce débat. Ainsi, Duncan Kennedy, professeur de droit à Harvard, se demande, dans le présent ouvrage, comment il est possible de sauver le désir, l’humour, voire la provocation, dans les relations de séduction, sans pour autant renoncer à protéger les femmes contre les violences sexuelles. Le résultat de sa démonstration surprendra par ses méthodes (l’analyse économique, la théorie sociale et même la littérature sont tour à tour mobilisées), par ses conclusions (il en vient à défendre les droits des femmes au nom du plaisir éventuellement pervers des hommes), et par son style enfin qui pousse à son extrême limite le genre académique. Contribution significative à l’émergence d’un des courants de pensée les plus féconds aujourd’hui – la queer theory – dont il est le premier exemplaire dans le domaine des études juridiques, Sexy Dressing est un jalon dans l’histoire culturelle des États-Unis de l’après-guerre et un apport théorique majeur à la critique sociale.
  • Champs essais (n° 843) - Sciences humaines
  • Paru le 03/09/2008
  • Genre : Essais
  • 242 pages - 108 x 178 cm
  • Broché
  • EAN : 9782081216990
  • ISBN : 9782081216990

Vous aimerez aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts . En savoir plus
fermer