Nouveauté Ni poète ni animal

Ni poète ni animal

Carmen apprend la mort soudaine du Grand Poète, sa seule attache à la Roumanie, au moment où elle traverse un rond-point occupé par un peuple prêt à tout renverser. Alors, elle a comme un éblouissement : les souvenirs d’une autre révolution, conduite par ce poète autrefois dissident, lui reviennent, intacts.
1989. Elle avait dix ans et écrivait des poèmes à sa « camarade maîtresse» pendant que sa mère, cachée dans la salle de bains, enregistrait des K7 audio à destination d’une amie passée à l’Ouest et que son père échangeait les savons de son usine contre des petits pains. À l’époque, tout cela lui paraissait aussi banal que la folie de sa grand-mère, surveillée depuis toujours par les autorités, ou que les ours des Carpates dont on disait qu’ils mangeaient les enfants.
De quel genre de vague à l’âme naît une révolution ? Est-ce une impulsion animale ou poétique ? En conteuse aussi insolite qu’inspirée, Irina Teodorescu puise dans les souvenirs vifs de son enfance pour mettre en scène trois générations de femmes - et quelques animaux à leur suite - que rien ne préparait à voir la grande Histoire tout bousculer.
  • 224 pages - 137 x 211 mm
  • Broché
  • EAN : 9782081492714
  • ISBN : 9782081492714

Autour du livre

Découvrez le podcast de notre rentrée littéraire dédié à Irina Teodorescu – Ni poète ni animal
Présentation par Géraldine Sarratia - Lecture par Clotilde Hesme

À l'occasion de la parution de Ni poète ni animal, Irina Teodorescu répond à nos questions...

Actualité

Découvrez notre Rentrée littéraire 2019

Avec une programmation audacieuse, des univers romanesques variés, la rentrée littéraire Flammarion vous donne rendez-vous dès le 21 août en librairie...

On en parle...

« Teodorescu tricote un texte alerte où la narratrice, une Roumaine installée en France replonge dans son passé. (…) Poétique et ludique, le roman nous fait déambuler dans l’histoire pleine de drames d’une lignée de femmes qui se débrouillent comme elles le peuvent. »
LES INROCKUPTIBLES
« Dans le style enlevé et audacieux qui la caractérise, Irina Teodorescu signe un roman original et un brin autobiographique. »
C. Hamelin – PAGE DES LIBRAIRES
« Teodorescu réussit à raconter sans peser, à émouvoir sans y paraitre. »
LES INROCKUPTIBLES
« Le talent d’Irina Teodorescu est de nous livrer plus qu’un simple témoignage. Elle rend compte de l’intérieur des privations de liberté sous le règne du couple Ceausescu et redonne vie à « l’éblouissement » que fut l’espoir de liberté. »
LA VOIX DU NORD
« Un roman au charme insolite. »
L’EST RÉPUBLICAIN
« Irina Teodorescu fait, avec Ni poète ni animal, un éloge de l’étrange, dont elle affirme avec subtilité mais force la puissance à la fois littéraire et politique. Superbe. »
LE MONDE DES LIVRES
« Le roman est une somme d’images poétiques, d’éblouissements. »
QUINZAINES LETTRES, ARTS ET IDÉES
« Irina Teodorescu ressuscite les souvenirs de son enfance roumaine sous forme d’un conte bourré d’humour noir, un Polaroïd de la société d’alors à hauteur de gamine. »
LE MENSUEL DE RENNES
« Un regard insolite, teinté d’humour et de mélancolie, sur la révolution roumaine. »
L’HUMANITÉ

Vous aimerez aussi

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.

fermer