Dès que sa bouche fut pleine

« Ce geste ne disait rien du désir de Bertrand, dont elle ne savait pas grand-chose, mais il parlait du jeune homme consciencieux qu’il était, de ceux qui avaient bien noté que les experts considéraient le rapport matinier, en ce qu’il rompait la chasteté de la nuit, comme le meilleur pour le métabolisme. Laetitia voyait que son amoureux mettait un point d’honneur à suivre les recommandations officielles et qu’il baisait donc équilibré, ne s’autorisant que peu d’écarts. »
Dans ce monde où la place du sexe et celle de la nourriture sont inversées, le sexe rythme les journées de tous, tandis que la nourriture est une affaire de l’intime, d’amants, qu’il faut taire et qui fait rougir.
Véritable expérience de lecture, Dès que sa bouche fut pleine est aussi un premier roman initiatique, l’histoire d’une jeune femme entraînée malgré elle par son désir, un désir défendu qu’elle va transformer en une force intime capable de la protéger contre toutes les formes d’aliénation. D’ailleurs, le désir et l’appétit sont-ils vraiment si différents ?
  • 272 pages - 137 x 211 mm
  • Broché sous jaquette
  • EAN : 9782080429803
  • ISBN : 9782080429803

Enseignants, nous vous proposons des contenus pédagogiques pour vous aider dans la préparation de vos cours.

Autour du livre

Découvrez la présentation de Dès que sa bouche fut pleine par Juliette Oury.

On en parle...

«Un livre plein d’humour et de finesse qui bouscule notre train-train habituel et nous amène dans un univers rocambolesque»
BLEU VAUCLUSE
« Voici un premier roman délicieusement irrévérencieux pour raconter l’émancipation d’une femme et son chemin vers la désobéissance »
PAGE DES LIBRAIRES
« Avec un style déroutant, ce roman très intelligent nous fait réfléchir sur le désir… de ce que l’on nous interdit. »
PUBLIC
« Un premier roman sur l’émancipation par le désir, le prix de la liberté et la joie de devenir enfin soi »
FRANCE INFO
« Un roman qui aborde les thèmes de la nourriture et de la sexualité du point de vue féminin, remettant en cause les tabous associés »
FRANCE CULTURE
« L’histoire savoureuse d’une conquête du goût et du plaisir »
CANARD ENCHAÎNÉ
« Un conte vraiment fantastique »
LIRE MAGAZINE LITTÉRATURE
« Une réflexion profonde sur notre rapport au corps »
ELLE
« Un premier roman truculent »
TF1 INFO
« Intelligent, audacieux et souvent drôle, ce roman dystopique [...] épate de la première à la dernière page »
S LE MAGAZINE DE SOPHIE DAVANT
« L’autrice soulève des questions sérieuses sur le couple, la tentation [et] le consentement »
FRANCE INTER
« Juliette Oury nous plonge dans un monde dystopique »
KONBINI
« Une écriture caustique et drôle »
EUROPE 1
« Juliette Oury révèle son brio »
LE MONDE
« Un roman original qui donne à réfléchir »
MARIANNE
« Une littérature engagée, qui  tire à boulets rouges sur les contradictions de nos sociétés »
LE PARISIEN
« Ce premier roman ingénieux dénonce finement le patriarcat et le capitalisme à travers l’émancipation d’une femme et sa transgression »
MARIE FRANCE
« L’une des pépites de la rentrée littéraire. »
MIDI LIBRE
« Un roman très drôle qui rend la cuisine sexy, littéralement. »
LE QUOTIDIEN
« Juliette Oury invente avec intelligence et humour un monde inversé. »
MADAME FIGARO
« Une délicieux premier roman d’émancipation. »
L'ALSACE

Vous aimerez aussi

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.

fermer